tencontre
tencontre

tencontre

tencontre

Membres présentement en ligne

9 H je reprends mon quotidien, j'entre dans cet univers sordide où se côtoient les esprits et les corps malades, attention rien ne doit paraître, jamais, personne ici ne doit être mis au courant de mon secret, pendant près de 10 heures chaque jour je dois taire tout au fond de moi ce feu qui me dévore, cette sensation brûlante chaque fois que je pense à lui, depuis que j'ai ouvert son premier message mon corps tout entier lui appartient, chaque parcelle de ma peau attend ses caresses, mais, attention, voilà L. il n'a pas l'air bien, très vite reprendre les réflexes professionnels, l'écoute flottante, le bip de sécurité à portée de main.

Je n'ai pas fait le choix de ce métier, la vie m'y a amenée à moins que ce ne soit Dieu pour me punir de lui lire chaque soir avant la prière mes histoires de chattes qui mouillent, j'ai une telle complicité avec lui que parfois je me prends à rêver d'avoir un jour été nonne, et là, j'imagine ma vie au couvent. Dans le sous-sol du cloître une petite chambre glaciale uniquement éclairée en hauteur par une étroite fenêtre qui donne sur le jardin, très joli ce jardin il est entretenu par des frères dominicains, il y en a un que j'apprécie tout particulièrement, frère Benoît c'est lui qui s'occupe des rosiers juste devant ma fenêtre et de mon prie-dieu en levant les yeux j'aperçois parfois son sexe sous son aube.

En découvrant l'endroit d'où je prie la mère supérieure m'a dit un jour , mon enfant la lumière du Christ vient de l'esprit pas de la fenêtre, oui mais le Jésus de frère Benoît c'est à la fenêtre que je le tencontre.


La vie au couvent se déroule sans surprise chaque heure de chaque jour les mêmes gestes les mêmes mots, ce sont surtout les silences que j'apprécie pendant ces temps de recueillement, enfin, je peux rêver à ma guise, surtout quand soeur Marie Généreuse est là, pour être généreuse elle l'est, ses gros seins ronds qui pointent sous sa robe, je la soupçonne de prendre une taille un peu serrée pour ressentir le frottement du tissus sur ces mamelons, lorsque je suis arrivée au couvent et que j'ai enfilé ce vêtement informe gris et froid je me suis demandée pourquoi avec les tissus actuels il n'y avait pas d'évolution dans l'habit des religieuses, mais après avoir jouis deux ou trois fois à cause du frottement du jupon sur ma chatte j'ai aussitôt mis un terme à mes idées révolutionnaires.

Mais revenons à soeur Marie Généreuse, c'est elle qui nous soigne lorsque nous sommes souffrantes, et je ne sais pas pourquoi ma santé est devenue fragile ces derniers temps, je me rends de plus en plus souvent à l'infirmerie, il faut dire qu'elle a une méthode de soin très particulière, elle nous caresse le corps avec de l'huile bénite pour chasser le mal, et toutes les douleurs sons traitées, où qu'elles se trouvent. J'ai souffert dernièrement d'un mal persistant au bas ventre et les soins prodigués furent exceptionnels. J'étais complètement nue allongée sur le dos cuisses grandes ouvertes en attente de la médication, d'une main ferme, huileuse à souhait soeur Marie Généreuse à entreprit l'exploration des lieux, d'un doigt elle a ouvert mes lèvres (l'expérience sans doute, moi, il m'en faut d'eux pour le faire) puis d'une main habile elle a commencé à fouiller ma chatte, voyant que je me tortillais elle a enfoncé un peu plus ses gros doigts pour dit-elle "aller chercher le mal où il se cache", "cherchez, cherchez ma soeur", je crains que celui-ci ne se soit bien caché.

Comme je cambrais les reins elle a glissé son autre main sous ma croupe et a empoigné fermement mes fesses, le va et vient de ses doigts me faisait reculer un peu tandis que mon corps était bloqué par sa poigne dominatrice, elle multiplia les coups de butoir au fond de mon vagin, jusqu'au moment où, presque évanouie je me mis à hurler "oh mon Dieu". "Vous voyez bien mon enfant" me dit la mère supérieure qui avait assisté à toute la séance de soins "que soeur Marie Généreuse est indispensable à notre couvent", "oh oui ma mère" dis-je en me rhabillant.

tencontre sur jouer avec le fantasme


je fantasme rencontre photo rencontre erotique rencontre serieuse sexe rencontre rencontre coquine Dijon rencontre Champagne-Ardenne voyeur body painting rencontres lesbiennes

Tous droits réservés - Réalisations TrémaR Inc. 2000-2010